Gestes et l’espace des modernes

D’après Panofsky, chaque civilisation possèderait son propre «sens de l’espace» et l’humanité, au cours des âges, évoluerait vers des représentations de plus en plus abstraites de l’espace. En faisant défiler le cours de l’histoire, on peut voir ainsi la conscience humaine plonger peu à peu dans les profondeurs de la réalité abstraite.

  • L’espace des grecs était «tactile et musculaire». L’espace des médiévaux était plat et sans profondeur, «l’air n’y circulait pas»selon l’expression de Panofsky;
  • L’espace des Renaissants, grande révolution était «optique et visuel »
  • .

Nous vivons largement encore, nous-même, dans cette vision làde l’espace, conçu comme un lieu abstrait, statique, homogène et transparent. L’artiste de la Renaissance élaborait son tableau tout entier en une sorte de fenêtre par lequel notre regard plongeait dans l’espace. Le tableau était niédans sa matérialitéet ne trouvait sa fonction, son rôle que dans cette notion de fenêtre,de section plane d’une pyramide visuelle. L’espace des modernes, que nous souhaitons contribuer àincarner dans cette installation, se veut une entité vivante: il ne doit plus être vustatique mais frémissant de vie. Ce n’est plus le regard, mais le corps tout entier du spect-acteurqui plonge dans cet espace-entité. Non plus réceptacle passif, poséune fois pour toute, mais cadre actif, l’espace-entitéde Gestesdevient un lieu d’existence. La réalitématérielle de l’écran et des voiles s’estompe pour laisser place àdes formes, des couleurs et des sons qui se déploient dans tous l’espace de l’œuvre dans lequel s’immerge le public.

Comments are closed.